top of page

Commémoration du débarquement des troupes confédérées au Port-Noir le 1er juin 1814

A la fin du XVIIIe siècle, les troupes françaises envahissent la Suisse. Les cantons résistent mais finissent par succomber. La République de Genève, qui n’est pas encore entrée dans la Confédération, est annexée à la République française le 15 avril 1798. Ce régime durera 15 ans.



Après la défaite des troupes napoléoniennes à Leipzig en 1813, un nouvel espoir de liberté saisit les Genevois. Le 30 décembre 1813 au matin, 10’000 soldats de l’armée autrichienne entrent dans Genève. Les 1’500 soldats de la garnison française sortent par la Porte Neuve à peine une heure plus tôt ! Sous le titre de « Syndics et Conseil provisoires », le Gouvernement constitué arrête les termes d’une proclamation d’indépendance qui sera lue le 1er janvier 1814 sur les places publiques. Les Autrichiens, fêtés comme libérateurs de la patrie, se retirent le 16 mai 1814. La partie se joue désormais sur le terrain diplomatique aux Congrès de Vienne, de Paris puis de Turin. Devant les ministres alliés, l’envoyé du gouvernement provisoire genevois, Pictet de Rochemont, plaide pour que Genève retrouve ses frontières naturelles du Salève et du Jura et qu’elle se soude à la Suisse pour en devenir canton.



LES HELVÈTES ARRIVENT 1ER JUIN 1814


Les syndics avaient gardé d’étroits contacts avec la Diète helvétique. En gage d’amitié, cette dernière envoie, par voie lacustre, une garnison de soldats de Fribourg et Soleure, ainsi que quelques Lucernois, accueillis avec enthousiasme par la population au Port Noir le 1er juin 1814. Leur présence atteste symboliquement que, désormais, Genève est suisse.



Comme chaque 1er juin, les grenadiers du contingent fribourgeois débarqueront au Port-Noir à Cologny.


Les journaux du 1er Juin.





82 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page